Depuis plus de deux décennies, le modèle de pratique PRIDE a permis aux agences de protection de l’enfance de fournir un cadre standardisé, cohérent et structuré pour le recrutement, la préparation, l’évaluation et la sélection des parents d’accueil et des parents adoptifs (ressources), ainsi que pour la formation en cours d’emploi et le développement professionnel continu des parents d’accueil. Le modèle de pratique PRIDE a été développé à l’origine en partenariat avec le Département des services à l’enfance et à la famille de l’Illinois (DCFS) et une large coalition de parents d’accueil et adoptifs, de personnel d’agences publiques et privées, d’éducateurs et d’autres experts au niveau national et international. Le modèle de pratique PRIDE est utilisé, en totalité ou en partie, dans tous les États-Unis et dans plus de 25 pays.

Le modèle de pratique PRIDE, qui vise à développer et à soutenir les parents ressources en tant que membres de l’équipe de protection de l’enfance et de soins aux enfants tenant compte des traumatismes, comporte trois composantes principales : La planification, le développement et le soutien. Ces composantes comportent 14 étapes spécifiques.

La composante de planification :

Étape 1, Clarifier la mission de l’organisme, car le personnel et les parents ressources doivent connaître l’objectif du travail de l’organisme et s’y engager.
Étape 2, Identifier comment les parents ressources aident à réaliser la mission de l’agence à travers cinq compétences de base qui formeront la base de l’évaluation et de la préparation.
Étape 3, Évaluer les besoins locaux, déterminer la nature et le nombre de familles ressources à recruter (fratrie, âge, besoins particuliers).
La composante de développement :

Étape 4, Éduquer le public en utilisant des stratégies de recrutement qui mettent l’accent sur la valeur unique des parents ressources pour les enfants, les familles et les communautés.
Étape 5 : Répondre aux demandes de renseignements par un message positif et immédiat d’appréciation et d’information.
Étape 6 : Fournir des informations sur le programme et informer les familles ressources potentielles sur l’agence, les enfants et le processus de sélection mutuelle.
Étape 7 : Consulter les familles dans leur milieu familial, poursuivre le processus d’évaluation mutuelle.
Etapes 8A et 8B, Engager les familles ressources potentielles dans le processus d’évaluation mutuelle et de préparation, avec les sessions de groupe FosterPRIDE/AdoptPRIDE intégrées aux consultations individuelles à domicile avec les spécialistes du développement familial. (Deux options : hybride en personne/en ligne et traditionnel en personne).
Étape 9,  » Select in or out  » : la famille ressource potentielle et le spécialiste du développement familial décident ensemble si la famille a la capacité, les ressources et la volonté d’utiliser les cinq compétences de base en tant que membres de l’équipe de protection de l’enfance et de soins aux enfants tenant compte des traumatismes.
La composante de soutien :

Étape 10, Faire correspondre les besoins des enfants avec les forces des familles ressources.
Étape 11 : Créer et mettre en œuvre un plan de développement et de soutien continus des familles ressources en fonction des besoins des enfants dans leur famille.
Étape 12 : S’engager dans un travail d’équipe continu, axé sur la protection et l’éducation des enfants, la satisfaction des besoins en matière de développement, la prise en charge des retards, le soutien des relations des enfants avec leur famille d’origine, la mise en relation des enfants avec des relations sûres et épanouissantes destinées à durer toute la vie.
Étape 13 : participer à la formation continue pour atteindre les niveaux de compétence de base, avancée et spécialisée.
Étape 14 : mettre fin à la relation avec l’agence et quitter le rôle de parent ressource.
Les 14 étapes ci-dessus sont également appelées « Points d’engagement ». Cela s’explique par le fait que la plupart des familles ressources interagissent avec un certain nombre de membres du personnel de l’organisme qui remplissent diverses fonctions, telles que le recrutement, l’évaluation de la famille, le soutien continu, etc. Le modèle de pratique PRIDE permet de s’assurer que les interactions sont cohérentes et fondées sur les forces, ce qui conduit à des résultats positifs pour les enfants qui ont subi un traumatisme.

En mettant en œuvre ces étapes, les agences qui investissent dans le modèle de pratique PRIDE disposent d’une approche complète des meilleures pratiques pour développer, évaluer, sélectionner, former et retenir les familles ressources en tant que membres de l’équipe dans la réalisation de la protection de l’enfance et des soins aux enfants tenant compte des traumatismes.

Les compétences du modèle de pratique PRIDE

Le modèle de pratique PRIDE repose sur la compréhension que la protection et l’éducation des enfants à risque et le renforcement de toutes leurs familles (biologiques, d’accueil ou adoptives) nécessitent un travail d’équipe entre des personnes possédant des connaissances et des compétences diverses et adaptées à la culture, mais travaillant toutes à partir d’une vision commune et vers un objectif commun. Les parents ressources sont des membres essentiels de cette équipe. Tout comme les travailleurs sociaux, ils doivent être préparés et formés pour acquérir les connaissances et les compétences nécessaires pour être efficaces dans leur travail. L’objectif de l’approche basée sur les compétences est de s’assurer que les familles ressources sont désireuses, capables et disposent des ressources nécessaires pour répondre aux besoins des enfants traumatisés et de leurs familles dans toute la mesure du possible.

Le modèle de pratique PRIDE identifie cinq catégories de compétences essentielles pour les parents ressources :

– Protéger et prendre soin des enfants.

– Répondre aux besoins de développement des enfants (ce qui inclut la santé, la croissance intellectuelle, une discipline appropriée, l’identité culturelle et sexuelle, les compétences sociales, les progrès scolaires, ainsi que l’amélioration des effets des traumatismes et des autres défis ou retards de développement).

– Soutenir les relations des enfants avec leur famille d’origine (parce que, que les enfants aient peu de contact, beaucoup de contact ou aucun contact avec leur famille, ils ont des sentiments à leur égard, et les meilleures pratiques exigent que les services de protection de l’enfance favorisent la guérison entre les enfants et leur famille).

– Lier les enfants à des relations sûres et enrichissantes destinées à durer toute la vie (ou permanence, car les enfants ont besoin de continuité, d’engagement et du statut juridique et social que confère le fait d’avoir sa propre famille).

– Travailler en tant que membre d’une équipe professionnelle.

Les compétences ont été développées à partir d’une analyse complète des rôles des parents d’accueil et des parents adoptifs. Elles ont été regroupées dans les cinq catégories définies par la National Commission on Family Foster Care, convoquée en 1991 par la CWLA et la National Foster Parent Association (NFPA) et publiée dans le livre A Blueprint for Fostering Infants, Children, and Youths in 1990s. Ces compétences suivent une progression d’apprentissage opérationnalisée au niveau de la formation initiale (avant le placement de l’enfant) et de base (au cours des deux premières années de service), et se poursuivent par le développement de compétences avancées et spécialisées.

L’une des caractéristiques les plus convaincantes du modèle de pratique PRIDE est que ces compétences clarifient ce que les parents ressources sont censés savoir et être capables de faire pour les enfants dont ils ont la charge. Un deuxième aspect convaincant de PRIDE est la relation entre l’évaluation de la famille (étude du foyer) et ces compétences. Les perturbations se produisent lorsque les parents ressources n’ont pas la volonté, la capacité ou les ressources nécessaires pour remplir une ou plusieurs de ces compétences.

Une caractéristique importante du modèle de pratique PRIDE est l’intégration de la préparation (formation préalable) à l’évaluation des parents ressources potentiels afin de s’assurer qu’ils ont la volonté, la capacité et les ressources pour démontrer ces compétences. Les futurs parents d’accueil et parents adoptifs ont parfois des idées irréalistes sur ce que l’on attend d’eux, sur ce que seront les enfants et sur le fonctionnement du système de protection de l’enfance. Mais sans les forces, les compétences et les soutiens requis, ce sont les enfants qui sont traités comme des marchandises et renvoyés à leurs agences ou pire, maltraités. Ou bien, les parents d’accueil peuvent être recrutés, évalués, sélectionnés et formés en tant que partenaires à part entière de la protection de l’enfance. Mais si ce rôle précieux n’est pas clair pour tous les membres de l’agence, les parents d’accueil deviennent frustrés lorsqu’ils ne sont pas traités avec dignité et respect ; ils partent, l’image de l’agence dans la communauté est ternie et le cycle de recrutement recommence.

Le modèle de pratique PRIDE reconnaît que les parents d’accueil et les parents adoptifs constituent une ressource rare et précieuse. Sans eux, les enfants qui doivent être séparés de leur famille d’origine ne bénéficieraient pas des avantages de la vie en famille. Le modèle PRIDE insiste également sur le fait qu’être parent, quel qu’il soit (naissance, famille d’accueil, adoption), est un privilège, et non un droit ; mais pour que les enfants soient protégés, c’est un droit, et non un privilège.

L’équipe de Neotoria

CategoryLes Articles
Write a comment:

You must be logged in to post a comment.