création de valeur Neotoria

Historiquement, la création de valeur à long terme a été une force massive pour le bien public, tout comme le court terme s’est avéré être un fléau. Mais le court terme n’est pas la seule source du sentiment de crise actuel.

Imaginez, en fait, que le court terme soit guéri comme par magie. D’autres problèmes fondamentaux disparaîtraient-ils aussi soudainement ? Bien sûr que non. Il existe de nombreux compromis que les dirigeants d’entreprise ont du mal à faire, dans lesquels ni l’approche d’un actionnaire ni celle d’une partie prenante n’offrent une voie claire. Cela est particulièrement vrai lorsqu’il s’agit de questions qui touchent des personnes qui ne sont pas immédiatement impliquées dans l’entreprise. Ces “externalités”, dont la plus importante est peut-être celle qui concerne les émissions de carbone d’une entreprise affectant des parties qui, autrement, n’ont pas de contact direct avec l’entreprise, peuvent être extrêmement difficiles à prendre en compte dans les décisions de l’entreprise, car il n’existe pas de base objective permettant de faire des compromis entre les parties.

Cela ne veut pas dire que les dirigeants d’entreprise doivent simplement rejeter le problème des externalités comme étant insoluble ou comme quelque chose à résoudre dans un avenir lointain. La punition est l’essence même du court-termisme. En ce qui concerne le climat, certaines des plus grandes entreprises énergétiques du monde, dont BP et Shell, prennent actuellement des mesures audacieuses en vue de réduire les émissions de carbone, notamment en liant la rémunération des dirigeants à des objectifs d’émissions.

Néanmoins, la complexité est évidente pour toute entreprise individuelle qui s’efforce de résoudre globalement les menaces mondiales telles que le changement climatique qui affectera tant de personnes, aujourd’hui et à l’avenir. Les gouvernements et les investisseurs sont donc plus exigeants. Les gouvernements peuvent créer des incitations, des réglementations et des taxes qui encouragent la migration vers d’autres sources d’énergie moins polluantes. Idéalement, de telles approches devraient fonctionner en harmonie avec les approches axées sur le marché, permettant une destruction créative pour remplacer les technologies et les systèmes vieillissants par des sources d’énergie plus propres et plus efficaces. Ce compromis entre différents intérêts économiques et horizons temporels est précisément ce que les gens demandent à leurs gouvernements de faire.

La punition est l’essence même du court-termisme. En ce qui concerne le climat, certaines des plus grandes entreprises énergétiques du monde prennent actuellement des mesures audacieuses en vue de réduire les émissions de carbone, notamment en liant la rémunération des dirigeants à des objectifs d’émissions.

Les investisseurs institutionnels tels que les fonds de pension, en tant que gardiens des millions d’hommes et de femmes dont l’avenir financier est souvent en jeu, peuvent également jouer un rôle de soutien essentiel. Dans le cas du changement climatique, les investisseurs à long terme qui s’intéressent aux questions environnementales telles que les émissions de carbone, la rareté de l’eau et la dégradation des terres établissent un lien entre la valeur et la durabilité à long terme. En effet, le contrôle des investisseurs s’est accru. Les entreprises orientées vers le long terme doivent être attentives aux changements à long terme qui seront exigés tant par les investisseurs que par les gouvernements, afin de pouvoir ajuster leurs stratégies sur un horizon de cinq, dix ou vingt ans et de réduire le risque d’actifs échoués, ou ceux qui sont encore productifs mais non utilisés en raison de problèmes environnementaux ou autres.

Malheureusement, les gouvernements et les investisseurs à long terme ne jouent pas toujours leur rôle de manière efficace. Les défaillances peuvent entraîner des divergences entre la création de valeur pour les actionnaires et l’impact des externalités. L’absence de tarification ou de contrôle des externalités entraînera également une mauvaise allocation des ressources. Ces effets peuvent créer de nouvelles tensions, et parfois des divisions franches, entre les actionnaires et les autres parties prenantes.

Pourtant, comme l’affirme la déclaration de la Business Roundtable, les intérêts des actionnaires et des parties prenantes peuvent aller de pair. Les entreprises apportent une contribution essentielle en créant de la valeur à long terme. Pour ce faire, il faut répondre aux préoccupations des communautés (y compris l’environnement), des consommateurs, des employés, des fournisseurs et des actionnaires. Une approche à court terme entraîne nécessairement des changements dans certains ou dans tous ces domaines.

Un engagement à long terme en faveur de la création de valeur, en revanche, prend presque axiomatiquement en compte un large éventail d’intérêts constitutifs. Bien sûr, il ne s’agit pas du remède à tous les maux sociaux (attention à tout ce qui prétend l’être !), mais un engagement à long terme en faveur de la création de valeur est quelque chose qui vaut vraiment la peine d’être valorisé.

L’équipe de NEOTORIA

CategoryLes Articles
Write a comment:

You must be logged in to post a comment.